CBD Privé dans "LA PROVENCE"

CBD Privé dans "LA PROVENCE"



Deux trentenaires à la conquête du marché français du CBD

La vie est une succession de rencontres. De paris aussi. Charriant leurs lots d'échecs comme de réussites. Seulement, avant tout succès, il faut une bonne idée. Et Sylvain Luccioni, avec son associé, Cédric Catenella, trentenaires aussi créatifs qu'audacieux, semblent avoir eu du nez quand ils ont lancée leur start-up, à Vitrolles, CBD Privé.

Lancée malheureusement quand apparaissait le Covid-19, la petite boîte qui veut monter est spécialisée dans la commercialisation de produits à base de CBD. Le CBD, ou « cannabidiol » est un cannabinoïde présent dans le cannabis, légal en France, et dans la majorité des autres pays du monde, puisqu’il a une teneur très faible en THC (moins de 0,2 %), ce qui induit qu’il n’a pas d’effet néfaste, ou psychotique sur l’organisme.

«Nous travaillons sur le projet depuis plus d'un an, témoigne Sylvain. Il fallu trouver de bons producteurs, obtenir les certificats, dans un marché très particulier. » Son intérêt pour le CBD ? « Par des amis qui consommaient des produits « illicites »  et qui, passés 30 ans, voulaient être dans la légalité. Enfin, c'est surtout grâce à mon frère qui vit au Canada, reprend-t-il, là-bas le produit y est très développé. Par ailleurs, un de mes amis est papa d'une jeune fille épileptique, un medecin leur a conseillé le CBD. Depuis la prise, la petite fait une crise par jour contre cinq auparavant. Ils revivent. On ne peut pas nier les effets. » Si l'homme en est si convaincu, c'est aussi grâce aux tests effectués avant de se lancer. « Epilepsie, arthrose, insomnie, stress, anxiété... Essayez et vous verrez , sourit-il, avant de préciser : Je ne suis pas medecin, nous proposons seulement quelque chose d'alternatif, qui peut fonctionner. On a l'image du chanvre tronquée, qui fait penser au cannabis, mais c'est une plante extraordinaire, bien loin de la « weed »». Le produit se décline en huiles, fleurs, e-liquides, capsule et résines.

Dans la communication initialement, Sylvain en maîtrise les ficelles. « Ce qui nous différencie sur le marché, ce sont nos applications sur Android et Apple, souligne le jeune entrepreneur. Notre société est la première en France à vendre sur ces stores. Nous vendons une expérience» Une efficacité que les associés doivent aussi à leur équipe, « formidable, insiste-t-il. Je prends beaucoup d'étudiants en stage. Avant le confinement, ils étaient trois – Camille, Sandra et Gabriel. Ils sont géniaux, très compétents. Avec la crise sanitaire, il a fallu s'adapter, notamment en développant notre présence sur les réseaux sociaux. » L'idée viendra des trois stagiaires, créer des partenariats avec des « micro-ambassadeurs », c'est à dire avec des comptes Instagram d'un millier d'abonnés. « Ça a cartonné, félicite Sylvain . Grâce aux étudiants. L'une des trois va d'ailleurs bénéficier d’un CDD à partir de la fin du mois pour continuer l’aventure humaine avec nous. »

Les livraisons se sont multipliées durant le confinement, avec des taux de retours allègres. Gages d'une qualité des produits, et déjà d'une crédibilité ancrée pour CBD Privé  . « Le marché est énorme, analyse Sylvain, il se développe en France. » D'ailleurs, tout juste déconfiné l'entrepreneur a repris le développement du réseau de revendeurs, avec déjà le premier mis en place. « Le tabac du centre de La Fare Les Oliviers a été conquis par le projet et l’ouverture d’un second marché pour lui, très prometteur. » D'autres points de vente devraient ainsi rapidement venir garnir la liste.
En effet, le marché du « cannabis thérapeutique » est en pleine expansion ces dernières années et le concept attire de plus en plus de curieux. Ne reste qu'à essayer!

Source : La Provence